Comment soigner son diabète ou le prévenir, perdre du poids et retrouver son énergie ..

 Voilà le programme que je vous propose ! Ces 3 axes sont liés et interdépendants.

Un diabète diagnostiqué, c’est souvent déjà un diabète ancien

Attention, si vous êtes insulino-dépendant (piqûre d’insuline), le suivi médical reste nécessaire, ainsi que les contrôles réguliers de la glycémie…

1. Les repères indispensables

Cette maladie est aujourd’hui très répandue : 3,6 millions de Français en souffrent. Les recommandations officielles n’ont pas permis de faire reculer la maladie. Le diabète a un effet dévastateur sur tous les systèmes de l’organisme. Il progresse sournoisement pendant plusieurs années, sans manifestations visibles. Cela signifie que beaucoup de diabétique s’ignorent ..

À partir de 1,10 g/l de glycémie à jeun, on peut considérer que l’on développe un diabète, à partir de 1,26 on est déclaré officiellement diabétique… 

Le taux optimal santé est de 0,85 g par litre.

En dehors des analyses biologiques, indispensables, voici les signes cliniques qui doivent vous alerter : Soif et/ou envies d’uriner fréquentes, fatigue (surtout après les repas), infections à répétition, cicatrisation ralenti.

 Le surpoids et le diabète sont liés, la sédentarité également. Les muscles utilisent la majorité du glucose circulant dans le sang. 

Comment le diabète s’installe ?

Au tout début l’organisme commence par avoir du mal à utiliser l’insuline, l’hormone fabriquée par le pancréas qui est comme une clé qui ouvre la porte des cellules pour permettre au glucose d’y entrer. Après chaque repas, la présence de sucre dans le sang provoque une libération d’insuline, mais le tissu adipeux modifie la façon dont les cellules traitent l’insuline.  Lorsqu’il est présent en excès, elles réagissent moins bien ; et après chaque repas le glucose s’accumule dans le sang ce qui incite le pancréas à fabriquer encore plus d’insuline pour obtenir le même effet. A terme le pancréas se fatigue et le sucre s’accumule dans le sang à des valeurs anormales, et c’est le diabète …

Le diabète tue de plus en plus !

Une progression alarmante avec 425 millions de personnes en 2019, reconnues diabétiques dans le monde , chiffre de l’OMS. Un chiffre qui a quadruplé ces trente dernières années. En France, c’est l’une des principales causes de mortalité.

2. Les actions à mettre en place

Il est indispensable de marcher 30 minutes par jour minimum,  mais trop de sport n’est pas bon non plus et pourrait entretenir un état inflammatoire – bas grade, silencieux -. Je vous conseille de monter les escaliers rapidement et faire quelques accélérations quand cela vous est possible, à votre rythme. Bougez ! Faites de l’exercice.

Agir contre l’excès de stress ou le stress chronique,  avec la respiration, la cohérence cardiaque, le massage, la sophrologie et l’EFT ; les protocoles de Natacha Calestrémé permettent un travail complémentaire plus en profondeur. Le stress a notamment pour conséquence d’augmenter votre appétence pour les aliments sucrés, augmente l’inflammation (silencieuse). Il existe un lien significatif entre trouble du sommeil, obésité, diabète et infarctus du myocarde.

Oui, l’alimentation est certainement le facteur le plus important de prévention et de soins 

L’alimentation de type méditerranéenne est un excellent repère : 

Concrètement, cela signifie de manger beaucoup de fruits et surtout de légumes, de qualité bio si possible,  avec une composante de cuit (en évitant les températures supérieures à 95°) et de cru à peu près égales.

Manger des noix – des oléagineux – régulièrement, des oeufs, du poisson comme les sardines ou maquereaux, riches en omega3 EPA/DHA (2 à 3 fois dans la semaine **) qui ont une forte action anti-inflammatoire, de la viande en quantité modérée (jamais plus d’une fois par jour), des céréales complètes et des légumineuses (lentilles, pois cassés, haricots secs), régulièrement en petites quantités.

Consommer régulièrement des huiles de qualité comme huile d’olive et colza, pression à froid et bio.

Boire un verre de vin rouge bio par jour est excellent. Il contient du resveratrol qui diminue la résistance à l’insuline.

Il faut exclure : Le pain blanc et tous les produits raffinés qui ont un indice glycémique élevé (équivalent à des sucres rapides qui font monter la glycémie et sécréter l’insuline trop souvent) 

Réduire au maximum les produits industriels et ultra transformés (Plat préparés, viennoiserie, produits sans gluten, allégés, ect. )

Exclure aussi le lait, réduire les aliments contenant du gluten, manger du fromage en petite quantité une seule portion par jour maxi, brebis et chèvre en priorité.

Exclure ou réduire considérablement les aliments à sucre rapide :

Sucre, pâtes ordinaires, pizza, confiture, sodas, pâtisserie, miel (ou en petite quantité uniquement vers 16h). Les sucres se transforment en graisse avec l’insuline.

Boire une eau de qualité comme Montcalm Roucous et même cristalline.

Il est très important de bien mastiquer et de manger dans le calme 

Parmi les médicaments prescrits contre le diabète, la metformine est le plus acceptable , mais il a le gros inconvénient de faire baisser le taux de vitamine B12

Il est préférable de prendre de la berbérine (ou mieux Glycophytol du laboratoire copmed*) qui  a une action comparable à la metformine, mais sans les effets secondaires. Faites le point avec votre médecin, le cas échéant.

La cannelle – poudre – est aussi très intéressante à consommer. 

Il est important de surveiller son taux de vitamine D, elle peut réguler ou abaisser la glycémie. Lorsqu’on ne prend pas assez le soleil qui nous permet de la fabriquer à partir du cholestérol, il faut se supplémenter  (Ultra véganD laboratoire Holistica, 2 gouttes/jour). La vitamine A marche en synergie. Penser à faire un dosage biologique de contrôle et vérifier vos apports dans l’alimentation.

Je vous conseille de prendre également du magnésium, il joue un rôle régulateur de la glycémie : Ultra Magnésium Marin, laboratoire Holistica, qu’on trouve en pharmacie ou chez le Père Blaise (site) ; (Une demi-cuillère à café le matin et/ou le soir) . Biologie – si besoin – dosage magnésium érythrocytaire .

Surveiller le bon fonctionnement de sa thyroïde. Prévenir l’hypothyroïdie avec une consommation régulière d’iode que l’on trouve principalement dans les algues, assurez vous également d’un bon apport en sélénium, principale cofacteur dans la fabrication des hormones thyroïdiennes (avec la tyrosine et l’iode), consommez des noix du Brésil : deux, trois par jour suffisent. La thyroïde contrôle votre “métabolisme de base”, votre consommation énergétique basée d’abord sur l’utilisation du glucose.

Chrono-nutrition : le matin il faut manger protéiné (oeufs, noix, etc.) et un peu gras, éviter les sucres rapides : pas de confiture, jus de fruit ou de pain blanc.., manger léger le soir (pas de viande). En quelques jours, vous sentirez un gain d’energie nette, en appliquant ce principe !

Régénérez vous avec le jeûne sous deux formes :  le jeûne dit  intermittent avec une pause alimentaire complète le 14 à 16h, boire de l’eau exclusivement de préférence . Pratiquer ce jeûne 2 fois par semaine suffit. 

Enfin avec le jeûne hydrique classique de 5 à 7 jours que l’on fait une à deux fois dans l’année. Le jeûne augmente votre sensibilité à l’insuline et soulage votre pancréas qui la fabrique.

Il réduit le surpoids, la graisse abdominale et le syndrome métabolique.

Demander à votre médecin le test de HOMA (résistance à l’insuline), et l’hémoglobine glyquée (permet de déterminer la concentration de glucose dans le sang, la glycémie, sur trois mois). Ces deux examens sont indispensables pour un bon suivi. La simple mesure de la glycémie n’est pas suffisante.

Enfin sachez que le diabète est souvent en rapport avec un système intestinal défectueux avec HPI (hyperperméabilité intestinal) et dysbiose. Votre guérison passera aussi par l’assainissement de cette zone.

3. Conclusion : 

Oui, on peut guérir complètement du diabète et réduire durablement le surpoids. Il faut pour cela prendre ce programme très au sérieux et persévérer. Il est basé sur de solides références scientifiques et de nombreuses études. (1) Les recherches sont toujours intenses.

Sans changement ou avec de mauvaises habitudes continuelles, vous vous exposez aux complications habituelles du diabète que sont : l’obésité, les maladies cardio-vasculaires, Les maladies auto-immunes, le cancer, etc. Le diabète peut aussi conduire à des amputations, rendre aveugle ! Alors agissez des aujourd’hui, à titre préventif ou curatif, il n’est jamais trop tard ; mais le plus tôt sera le mieux.

.

* Si achat sur Copmed, donner mon code svp :  A 13438 (ou mon nom), merci. 

Tél :  05 49 28 36 69  Du lundi au vendredi de 8h30 à 18h00 (ou sur le site)

** EPA – DHA omega 3 copmed 

.

Patrice ALBERT 06 61 16 47 48

Thérapeute holistique, diplômé de l’I.E.P.P., Infirmier DE

réf : “Ce que votre médecin ne vous dit pas” Vol II”, Editions Alternatif bien-Être