gluten, poison quotidien ?

Le gluten,  mythe comme le prétendent de nombreux journalistes, qui voient un effet de mode prôné par les stars qui l’évincent de leur alimentation, ou réalité préoccupante ?

Depuis plusieurs années l’espérance de vie en bonne santé diminue régulièrement. L’espérance de vie elle-même a cessé sa progression et a même diminué. Le gluten, vu sa place importante dans notre alimentation, a t-il une responsabilité dans cette évolution, parmi d’autres facteurs ? La question mérite d’être posée.

Chacun connaît autour de lui une personne au moins, “allergique” ou intolérante au gluten ou aux produits laitiers.

Le problème devient une question de santé publique ; mais on s’interroge sur son importance et sa réelle gravité,

Alors le gluten, mode ou réalité préoccupante ?  Je vais  répondre clairement à cette question dans cette article. Nous sommes tous concernés !

Quelles pathologies sont liées au gluten ?

  • Il s’agit tout d’abord de vraies allergies qui touchent le jeune enfant jusqu’à l’âge de 6 ans environ, cela représente 5 à 10 % des chocs anaphylactiques. Les allergies sont des réactions excessives et immédiates du système immunitaire, pouvant entraîner le pronostic vital.
Plus tard les adolescents peuvent faire des allergies lors d'efforts
physiques importants. Dans ce cas il suffit de supprimer 
toutes prises de gluten, 4h avant l'épreuve sportive.
  • La maladie  cœliaque touche environ 1% de la population : Le gluten attaque et détruit les villosités des parois du duodénum, revêtement interne de l’intestin grêle, empêchant ainsi une assimilation des aliments. Cette maladie provoque ainsi une inflammation chronique de l’intestin provoquant une mal-absorption de nombreux nutriments.

Le traitement consiste en une exclusion du gluten pendant une longue période, voire à vie. Le diagnostic est confirmé par un dosage sanguin des IGA (antitransglutaminase) et une biopsie. D’autres mesures devront viser la restauration du tissu intestinal et la lutte contre l’inflammation chronique sous-jacente.

  • En dehors de ces deux grandes pathologies parfaitement identifiées par les autorités sanitaires et le monde médical . Il existe à côté une sensibilité au gluten non coeliaque largement sous-estimée. (SGNC)

20 à 30% de la population française pourrait être touchée par la sensibilité au gluten non cœliaque. Il est grand temps d’en prendre conscience.

Cela représente une grande majorité des gens qui souffrent du gluten, à côté des symptômes cliniques, les tests IGG permettent de les diagnostiquer précisément.

Les malades ne souffrent pas simplement que d’inconforts digestifs mais de diarrhées sévères et de longue constipation 10 jours et plus parfois, douleurs abdominales, articulaires, de migraines, maux de tête, problèmes dermatologiques comme de l’eczéma, où même de dépression. Le système immunitaire est également fragilisé.

La responsabilité du gluten est meme évoqué dans le développement des troubles de l’attention et de l’apprentissage chez l’enfant, dans l’hyperactivité !

Nous pouvons facilement conclure que les pathologies liées au gluten ne sont pas un mythe mais une dure réalité, il est temps de réagir à un niveau individuel et collectif.

     Quelques mesures simples s’imposent à tous :

Réduire notre exposition au gluten, nous pouvons aisément supprimer le pain blanc (très toxique et à indice glycémique élevé),  manger qu’à titre exceptionnel de la pâtisserie, surtout industrielle … Même prudence pour les pâtes et les pizzas.

Nous devons privilégier les céréales anciennes, moins hybridées (petit épeautre, kamut, etc.) et le pain bio semi-complet/complet au levain naturel , plus assimilables. Nous devons également veiller à bien mastiquer et insaliver, car la digestion commence ici , dans la bouche.

Ceux qui soupçonne une intolérance doive faire une  éviction temporaire pendant 21 jours et voir s’ils constatent une amélioration de leur situation. Si l’intolérance est avérée (amélioration nette), il faudra éviter toute exposition pendant au moins un an au gluten, pour permettre la restauration des cellules intestinales.  Dans ce cas je conseille de se rapprocher d’un professionnel de santé averti et de faire une série de test d’intolérance (IGG), pour confirmation et suivi, détecter d’éventuelles autres intolérances (fréquentes). Seuls quelques laboratoires en France sont en mesure de vous les proposer.

Le gluten  oui effet de mode, mais pas un mythe, c’est sérieux !